Depuis plus de quatorze ans, l'actualité ludique en décalé... très décalé !

lundi 18 décembre 2017

Genial, Reiner Knizia et Viktoriapark

Article initialement publié sur l'ancienne version de Chouette la Vie, le 3 mars 2013



Genial est un très bon jeu du très célèbre auteur allemand : Reiner Knizia. Il a été publié en 2004 et a été repris et traduit chez plus d'une vingtaine d'éditeurs à travers le monde. Genial a aussi connu par la suite toutes les déclinaisons des grands succès ludiques, des versions junior et téléphone portable au jeu de voyage, de dés, de cartes etc., jusqu’à des créations qui n’ont plus grand-chose à voir avec l’original.



Le principe de base est très simple : les joueurs disposent de dominos hexagonaux représentant six couleurs, qu’ils placent sur une grille commune. Dès qu’une couleur en touche une identique, on marque des points. Par exemple si je pose une pièce rouge à la suite d’une ligne de cinq rouges, je marque 5 points en rouge. Lorsqu’un joueur atteint 18 points dans une couleur, il rejoue. À la fin de chaque tour, on pioche un nouveau domino pour toujours en avoir six sur son chevalet. Lorsqu’il n’y a plus aucune possibilité de jouer sur la grille, la partie prend fin.
La piste de score. Une image de Terraliptar, sur BGG

La façon de déterminer le vainqueur est surprenante, sauf pour les habitués qui connaissent déjà l’auteur. On ne considère pas celui qui a le plus de points, mais celui qui a le plus de points dans sa couleur la plus faible. Par exemple, la couleur la plus faible de Jacques est le jaune, où il a trois points. La couleur la plus faible de Sandrine est le bleu, où elle a 7 points. 7 est supérieur à 3, donc Sandrine gagne.

Une photo de paulclarke339 sur BGG

Genial est un jeu hyper accessible tant son principe de domino est universel, et très facile à trouver tant sa diffusion a été large. Il permet de jouer de façon classique de deux à quatre personnes, mais aussi en solo ou à quatre par équipes de deux. Dans ce cas, on a la possibilité de rejouer deux fois : lorsqu’on atteint 18 et 36 points dans une couleur. Bien entendu, on ne communique pas avec son partenaire. Genial bénéficie d’un matériel très bien pensé avec des tuiles joliment colorées adaptées à tous les daltonismes. Chaque couleur est en effet symbolisée par un dessin (soleil pour le jaune, cercle vide pour le violet, cercle plein pour le vert, étoile à six branches pour le bleu, etc.). La relative importance de l’aire de jeu, qui augmente avec le nombre de joueurs, et la pioche des tuiles permet des parties toujours renouvelées, mais surtout pleines de rebondissements. La victoire ne sera jamais acquise avant la fin du jeu. Comme il suffit parfois de ne grappiller que quelques malheureux points pour gagner, même le joueur le plus en avance devra se méfier de ses adversaires jusqu’à la toute dernière minute.
Une photo de Chris Norwood sur BGG

Genial est tellement bien que les plus grands artistes internationaux ont commencé à en chanter les louanges dès 1998, soit six ans déjà avant sa publication :



Genial, c’est super chouette, c’est wunderbar, alles klar !

Vous aimerez aussi :
♦ No Merci, Thorsten Gimmler et les Stranglers
♦ Strike, Dieter Nüßle et She Keeps Bees
♦ 
Magic Cooking, Pak Cormier, Ivy Colin et Magic Hawai
♦ Splendor, Marc André et M83
♦ Saint Petersburg, de Michael Tummelhofer et Supergrass
♦ Space Walk, Rüdiger Dorn et Lemon Jelly
♦ Le Dernier Jour, musique et jeu
♦ San Juan, Andreas Seyfarth et Daniel Lanois
♦ Focus, Sid Sackson, John Reuben et Nneka
♦ Mamma Mia, Uwe Rosenberg et Les Négresses Vertes
♦ Manhattan, Andreas Seyfarth et Ella Fitzgerald
♦ Take it easy, Peter Burley et Ghinzu
♦ Luxor, j'adore !
♦ Tekao, D. Manetti et Ottawan

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire