Depuis plus de quatorze ans, l'actualité ludique en décalé... très décalé !

lundi 18 décembre 2017

Genial, Reiner Knizia et Viktoriapark

Article initialement publié sur l'ancienne version de Chouette la Vie, le 3 mars 2013



Genial est un très bon jeu du très célèbre auteur allemand : Reiner Knizia. Il a été publié en 2004 et a été repris et traduit chez plus d'une vingtaine d'éditeurs à travers le monde. Genial a aussi connu par la suite toutes les déclinaisons des grands succès ludiques, des versions junior et téléphone portable au jeu de voyage, de dés, de cartes etc., jusqu’à des créations qui n’ont plus grand-chose à voir avec l’original.



Le principe de base est très simple : les joueurs disposent de dominos hexagonaux représentant six couleurs, qu’ils placent sur une grille commune. Dès qu’une couleur en touche une identique, on marque des points. Par exemple si je pose une pièce rouge à la suite d’une ligne de cinq rouges, je marque 5 points en rouge. Lorsqu’un joueur atteint 18 points dans une couleur, il rejoue. À la fin de chaque tour, on pioche un nouveau domino pour toujours en avoir six sur son chevalet. Lorsqu’il n’y a plus aucune possibilité de jouer sur la grille, la partie prend fin.
La piste de score. Une image de Terraliptar, sur BGG

La façon de déterminer le vainqueur est surprenante, sauf pour les habitués qui connaissent déjà l’auteur. On ne considère pas celui qui a le plus de points, mais celui qui a le plus de points dans sa couleur la plus faible. Par exemple, la couleur la plus faible de Jacques est le jaune, où il a trois points. La couleur la plus faible de Sandrine est le bleu, où elle a 7 points. 7 est supérieur à 3, donc Sandrine gagne.

Une photo de paulclarke339 sur BGG

Genial est un jeu hyper accessible tant son principe de domino est universel, et très facile à trouver tant sa diffusion a été large. Il permet de jouer de façon classique de deux à quatre personnes, mais aussi en solo ou à quatre par équipes de deux. Dans ce cas, on a la possibilité de rejouer deux fois : lorsqu’on atteint 18 et 36 points dans une couleur. Bien entendu, on ne communique pas avec son partenaire. Genial bénéficie d’un matériel très bien pensé avec des tuiles joliment colorées adaptées à tous les daltonismes. Chaque couleur est en effet symbolisée par un dessin (soleil pour le jaune, cercle vide pour le violet, cercle plein pour le vert, étoile à six branches pour le bleu, etc.). La relative importance de l’aire de jeu, qui augmente avec le nombre de joueurs, et la pioche des tuiles permet des parties toujours renouvelées, mais surtout pleines de rebondissements. La victoire ne sera jamais acquise avant la fin du jeu. Comme il suffit parfois de ne grappiller que quelques malheureux points pour gagner, même le joueur le plus en avance devra se méfier de ses adversaires jusqu’à la toute dernière minute.
Une photo de Chris Norwood sur BGG

Genial est tellement bien que les plus grands artistes internationaux ont commencé à en chanter les louanges dès 1998, soit six ans déjà avant sa publication :



Genial, c’est super chouette, c’est wunderbar, alles klar !

Vous aimerez aussi :
♦ No Merci, Thorsten Gimmler et les Stranglers
♦ Strike, Dieter Nüßle et She Keeps Bees
♦ 
Magic Cooking, Pak Cormier, Ivy Colin et Magic Hawai
♦ Splendor, Marc André et M83

♦ Saint Petersburg, de Michael Tummelhofer et Supergrass
♦ Space Walk, Rüdiger Dorn et Lemon Jelly
♦ Le Dernier Jour, musique et jeu
♦ San Juan, Andreas Seyfarth et Daniel Lanois
♦ Focus, Sid Sackson, John Reuben et Nneka
♦ Mamma Mia, Uwe Rosenberg et Les Négresses Vertes
♦ Manhattan, Andreas Seyfarth et Ella Fitzgerald
♦ Take it easy, Peter Burley et Ghinzu
♦ Luxor, j'adore !
♦ Tekao, D. Manetti et Ottawan

mardi 12 septembre 2017

Les P'tits Papiers ludiques !


Début 2014, des internautes ont eu l’idée de recenser tous les détournements de marques ou d’objets du quotidien, dans de petits jeux de mots aussi simples que savoureux. Dès son lancement, le Tumblr « Laissez Parler les Petits Papiers » a connu un très vif succès, et bien vite a germé l’idée de créer des calembours uniquement à partir de jeux de société. Vous en trouverez ci-dessous une sélection. Un simple clic sur suffit à afficher l'image en grand.

L’article sera régulièrement mis à jour. Si vous souhaitez que vos créations soient publiées sur cet espace, n’hésitez pas à envoyer un petit mail à : tauceticentral@yahoo.fr

Mise à jour du 12/09/2017 :
Cambio Petits papiers ludiquesIntrigo en laine petits papiers ludiquesKhitan la joue Papiers LudiquesLacuna papiers ludiquesMamba Papiers ludiquesMamba résille Papiers Ludiques 2Papiers ludiques PolarisRegatta Coupe de Cheveux Petits Papiers ludiques 1Regatta petits papiers ludiquesShogun à la Chlorophylle Papiers LudiquesTablut petits papiers ludiquesTarasque petits papiers ludiquesTetris Papiers LudiquesYami Papiers ludiques

Une contribution très drôle que nous envoie Loïc V. :
"Dès que je rentre chez moi, j'enfile mes..."


Contributions de Nicolas M. :
cromagnonapero_outlivemedicisecretsyamataisettlers


Contribution de Gauthier L. :





Mise à jour du 16 février 2016














































  

Mise à jour du 23/06/2015











Pour les plus jeunes, Les P'tits Papiers est une chanson écrite par Serge Gainsbourg et interprétée par Régine en 1965. Ici une version servie par Jane Birkin, Serge Gainsbourg et Jacques Ductronc :





vendredi 28 juillet 2017

Jouets marcheurs / Ramp Walkers


Ce jouet fascine les enfants depuis plusieurs générations. C’est une petite figurine, humaine ou animale, dotée d’une ficelle. Pour faire avancer l’objet, on pourrait être tenté de bêtement tirer sur la ficelle. Mais ce n’est pas comme ça que ça marche ! Au bout de la cordelette se trouve en effet un petit contrepoids. Vous placez votre jouet sur une surface plane, par exemple sur une table, vous laissez pendre le contrepoids dans le vide et, magie, la figurine se met à avancer en se dandinant ! Lorsqu’elle arrive au bord, elle s’arrête toute seule. Aucun risque de la voir sombrer dans le gouffre qui s’ouvre à ses (gros) pieds !


Astérix et Obélix figurine 1967, les marcheurs Dargaud, avec leur potion magique en contrepoids. Photo Nickosdu34, avec autorisation. Retrouvez cet article sur sa boutique Ebay en cliquant ► ici

Les jouets marcheurs ont été inventés à la fin du XIXe siècle. Ils étaient à l’origine conçus en métal. Ils ont connu leurs heures de gloire, sous leur forme en plastique, entre les années 1950 et 1970. En France, quelques grandes marques, plutôt destinées aux enfants, ont estampillé de leur logo ces petits personnages. On retrouve ainsi les corbeaux marcheurs de Samos99, la fillette porte-clés de Chambourcy, Astérix et Obélix chez Dargaud et, très rare car très fragile, la Pie qui chante.


La Pie cassée : il lui manque une patte et une partie du bec, le paquet de bonbon est désolidarisé (perte d'équilibre), et le contrepoids est absent !

À ma connaissance, ces objets ne portent pas de nom spécifique en français. On parle de jouet marcheur, de jouet qui se dandine. Dans les pays anglo-saxons, on les retrouve sous plusieurs dénominations : ramp walkers, twin walkers, gravitational toy, wacky walkers, table walkers… Le nom le plus courant reste ramp walker, bien qu’il soit assez imprécis dans notre cas. Il existe en effet une autre catégorie de jouets, très proche, qui ont réellement besoin d’une « rampe » pour fonctionner, d’un plan incliné. Les jouets marcheurs que nous voyons ici peuvent se déplacer sur une surface parfaitement plane, mais pour ce faire, ils ont besoin de leur ficelle et d’un lest.
Pierrette, la fillette au pot de yaourt Chambourcy.
Le lest est une boucle de porte-clé
Ces objets sont difficiles à trouver. Ils vont complètement à l’encontre de l’époque actuelle, où les marchands ne veulent vendre que des articles électroniques, scintillants, et fonctionnant à pile pour une durée déterminée. On peut toutefois trouver des ramp walkers en vente sur Internet, avec parfois des prix importants pour les pièces les plus rares.
En image de fond, un jeu particulièrement approprié : Space Walk, de Rüdiger Dorn, illustré par Franz Vohwinkel, chez Ravensburger (1999)

On croise de temps en temps des jouets marcheurs sur les vide-greniers. Si vous avez la chance d’en trouver un, vérifiez bien que les pattes sont en bon état, parfaitement mobiles, et bien attachées à la figurine. La ficelle d’origine est un plus : elle est souvent de très bonne qualité, et résiste au frottement répété sur le bord de la table. Le contrepoids est indispensable pour faire avancer la figurine. Mais s’il manque, vous pouvez aisément le remplacer par n’importe quel petit bout de carton ou de plastique, même léger.

Une jolie vache marcheuse ancienne. Photo Joe Morabito, avec autorisation. Retrouvez cet article sur le super site de jouets anciens ► MAIN STREET TOYS ou carrément dans sa boutique à Minneapolis, aux États-Unis !


J’avais envisagé de vous présenter une course de jouets marcheurs, mais mes pièces sont excessivement fragiles. N’hésitez pas à regarder cette petite vidéo espagnole, avec de très jolis sujets en bois :



Ou alors ces Marcheurs venus de l'espâââââce !


Les pneus, ça ne roule pas, ça marche !



Les derniers arrivés dans la collection :

Le Cheval jaune (sans marque)
Les célèbres Corbeaux marcheurs, mascottes du fromage, à l'époque danois, Samos 99

Jouet marcheur publicitaire Michelin Bi-Bib
À l'époque, on ne s'encombrait pas de code-couleur !

À noter, dans l'excellent magazine Collectionneur & Chineur, un superbe dossier de quatre pages entières sur les "Petits Marcheurs". Il s'agit du n°167, du 7 février 2014. On peut se le procurer directement ► ici.

Photo avec l'aimable autorisation des Éditions LVA

C’est vraiment chouette, les jouets marcheurs, il n’y a rien de meilleur !

On en parle aux États-unis : http://www.angelfire.com/mi/rampwalkers/index.html Mais aussi en Thaïlande ! https://kajarp.wordpress.com/tag/ramp-walker/